Africa posted by

Association pour la Sauvegarde des Masques (ASAMA)

asama3 asamaL’Association pour la Sauvegarde des Masques (ASAMA) fut à l’origine, l’idée d’un groupe d’étudiants (es), souhaitant prêter main forte aux sociétés traditionnelles de masques afin de sauvegarder ce patrimoine en péril. Elle est reconnue légalement par récépissé N° 96. 080  / MATS / SG / DGAT / DLPJ du 02 Avril 1996 au Burkina Faso.

L’ASAMA est une association à but non lucrative, à vocation panafricaine. Elle est accréditée par l’UNESCO pour des fonctions consultatives auprès du Comité de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel depuis juin 2012. Le mandat de l’ASAMA est de :

• favoriser la recherche et d’aider à la sauvegarde, à la promotion et à la préservation des traditions de masques en Afrique ;

• encourager et faciliter la coopération entre les gouvernements, les organisations nationales et internationales et les personnes intéressées à la sauvegarde des traditions de masques ;

• inciter les gouvernements à élaborer des politiques de préservation de leur tradition de masque et à lutter contre le pillage de ces ressources culturelles.

L’Association est dirigée par des Conseils : i) le Conseil de Gouvernance du Fonds pour la sauvegarde des masques dénommé « Fonds ASAMA » ; et ii) le Conseil de l’Institution de notation des pratiques et des politiques de sauvegarde des masques dénommé « ASAMA Rating ». Le Conseil de Gouvernance du Fonds ASAMA, comprend sept membres, élus par la voix de reconstitution du Fonds, pour une durée de trois ans renouvelables et un membre représentant le personnel. Le Conseil de l’ASAMA Rating, comprend huit membres dont le Président du Fonds ASAMA, désignés par le congrès pour une durée de trois ans renouvelables.

Le Conseil de Gouvernance du Fonds ASAMA élit en son sein un Secrétaire Exécutif. Le Secrétaire Exécutif est élu pour trois ans à la majorité simple sans que la durée de ses fonctions ne puisse excéder son mandat au Conseil. Il est rééligible. Le Secrétaire Exécutif élu par le Conseil de Gouvernance du Fonds ASAMA et les sept autres membres du Conseil du Fonds ASAMA sont approuvés par le Congrès en séance plénière. Le Congrès dispose d’une majorité de blocage (plus de la moitié des membres présent à la séance plénière).

Domain(s): (a) oral traditions and expressions, including language as a vehicle of the intangible cultural heritage;
 (b) performing arts; 
(c) social practices, rituals and festive events; 
(e) traditional craftsmanship.

Main Safeguarding measures: a) identification, documentation, research (including inventory-making); b) preservation, protection; c) promotion, enhancement; d) transmission, (non-) formal education; e) revitalization

 Les principales activités de l’ASAMA sont : l’organisation de festivals, la recherche sur les sociétés de masques ; et enfin la coopération et les échanges culturels. L’ASAMA est connue par :

• Le Festival International des Masques et des Arts de Dédougou (FESTIMA) : Annuelle de 1997 à 2000 puis biennale depuis 2000, le FESTIMA est la manifestation phare de l’Association. La manifestation est un produit culturel reconnu en matière de valorisation de la tradition du masque. Sur le continent africain, le FESTIMA s’est positionné comme le principal cadre d’expression des communautés détentrices de masques. Le festival s’organise autour de : i) spectacles de danses et d’exhibitions de masques, ii) exposition thématique, iii) symposiums internationaux, iv) espace d’éveil culturel des enfants ; v) marché des communautés, et vi) espace « nuits au village (danses du terroir) ».

asama2• Le Programme sécurité alimentaire et développement durable : Ce programme vise la diffusion d’un paquet technologique en matière d’agriculture durable en vue du  renforcement des capacités des villages à sociétés de masques au Burkina Faso particulièrement dans la région de la Boucle du Mouhoun. Initié depuis 2004, le programme a permis de réaliser des formations, des voyages d’études et d’échanges d’expériences au profit de petits producteurs sur des thèmes portant sur l’amélioration de la productivité agricole et pastorale, la gestion durable des ressources naturelles, la promotion des activités génératrices de revenus (AGR), le renforcement des capacités institutionnelles et l’organisation des communautés villageoises.

• Les projets de coopération locaux et internationaux : Dans ce cadre, elle a réalisé des missions de coopération et d’échanges culturels en France (2004 et 2008), en Suisse (2004) et en Taiwan (2011). Elle a participé à de nombreuses conférences internationales et coopère régulièrement avec l’UNESCO. L’ASAMA a ainsi participé à la 5e session du Comité Intergouvernemental de Sauvegarde du Patrimoine Culturel  Immatériel (PCI) du 14 au 19 Novembre 2010 à Nairobi (Kenya). Lors de cette session, l’ASAMA a été recommandée à une accréditation comme ONG en consultation avec l’UNESCO et en décemdre 2012, ASAMA participait à la 7 session du PCI comme OING observatrice. En 2009 avec le soutien de la CEDEAO, de l’UEMOA et de l’Union Européenne, l’ASAMA a développé un important projet de coopération pour la valorisation des masques en Afrique de l’Ouest. Ce projet a permis de réaliser : i) le recensement sous forme d’un inventaire de 303 villages à sociétés de masques dans quatre pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Mali), ii) l’organisation d’un symposium sous régional sur le thème «Caricatures, dérives et détournements du masque», iii) la conception sommaire d’une base de données sur les sociétés de masque des quatre pays ; iv) l’élaboration du premier rapport sur les sociétés de masques vivantes de l’Afrique de l’Ouest ; v) l’exposition itinérante dans trois pays sur les richesses et la fragilité de la tradition du masque en Afrique de l’Ouest ; vi) la réflexion et l’acquisition d’équipements pour la mise en place du Centre international d’interprétation sur les masques à Dédougou ; vii) la mobilité de 70 groupes de sociétés traditionnelles de masques provenant de neuf pays (Bénin, Burkina Faso, Nigéria, Côte d’Ivoire, Guinée Conakry, Mali, Nigéria, Togo et Sénégal) pour les échanges ouest-africains, et iv) l’étude pour la mise en place d’un circuit touristique sur les masques de l’Afrique de l’Ouest.et vi) l’étude d’un circuit touristique sur les masques de l’Afrique de l’Ouest.

Main countries where the NGO works: Burkina Faso, Bénin, Côte d’Ivoire, Mali

Local, national or international level of the NGO: International

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *